Entrainement et mental training - Le coatching et le mental training Je suppose que tu sais ce qu’est un coatch, c’est tout simplement un entraîneur sportif. Mais dans le sport haut à niveau il

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum     Retour au message père     Retour au message père

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Entrainement et mental training

Rédigé par Dmr
Posté le jeudi 27.02.03 à 01h51
Message n° 5600

Le coatching et le mental training
Je suppose que tu sais ce qu’est un coatch, c’est tout simplement un entraîneur sportif. Mais dans le sport haut à niveau il ne suffit pas d’être bon, il faut avoir un mental très fort pour se surpasser et parvenir à ne plus être influencé par l’adversaire, ne pas se laisser se déconcentrer ou distraire pas les influences extérieures.
La mental training est aussi lié appelé sophrologie. La préparation sportive physique constitue le développement de la technique, des ajustements, de la musculation, de l’endurance et demande l’effort que la majorité des sportifs font pour devenir de bons athlètes et/ou compétiteur..
La préparation primaire consiste d’abords à apprendre à faire de la relaxation, prendre conscience de toutes les parties du corps, son mécanisme, la respiration, la visualisation de ce corps qui nous emprisonne.
Les méthodes de relaxation sont nombreuses, il faut pouvoir parvenir en toutes circonstances faire le vide, ne pas perdre ses moyens, son contrôle, savoir gérer son énergie, son mental.
Imaginé vous : un athlète devant faire un saut en hauteur, si il n’est pas préparé mentalement, à se trouver devant un stade comble, ou des milliers de personnes crient, applaudissent, saute, bouge, font la Holà, à tout vent. De plus le 100 mètres qui se fait sur la piste devant lui, mais il doit sauter la barre fatidique, il n’a qu’une chance, une remise de médaille et un hymne national pendant qu’il doit exécuter son saut, si tout ce qui ce passe autour de lui le dérange, il ne parviendra pas à se surpasser. Sa pensée doit l’isoler du monde qui le perturbe si il n’est pas préparer à cela, c’est l’échec.
Ce sera donc par une préparation mentale faite auparavant seul avec son entraîneur et ensuite ou seul avec lui même. Il doit parvenir à faire abstraction et doit être prêt a ne pas subir le stress qui peu l’empêcher de faire sa performance, même le bloquer net., La distraction qui empêche la concentration, l’énervement qui empêche la respiration et le rythme cardiaque d’être correct, gérer l’adrénaline et ses énergies, son pouls, il doit être au top sans même y penser à cet instant.
La relaxation sportive consiste à se positionner au mieux du jour de la compétition, par exemple le saut an hauteur avant de prendre l’élan, le sauteur est en préparation et visualise ce qu’il a visualisé durant ses relaxations. Il doit parvenir à se surpasser et il ne le fera que le jour de la compétition, il gagnera ce millimètre qu’il a visualisé mainte fois dans la relaxation à la maison, avec son coatch.
Ne pas le visualiser c’est déjà l’échec, ne pas y croire aussi, ne pas être prêt ou être dérangé c’est également l’échec, il ne peut se le permettre. Alors des semaines à l’avance il le visualise dans un état de relâchement total. Il se voit sauter la barre fatidique, sa pensée peut le faire et son corps sera porter par cette pensée et ses efforts.
La relaxation suivie par l’entraîneur, coatch consiste à s’installer confortablement, sur une chaise, les bras reposent sur les cuisses, le dos bien droit, les pieds bien à plat au sol et les jambes légèrement écartées. Il prend alors conscience par exemple du muscle de son petit doigt, et oui le petit doigt à des muscles, il faut le relâcher, le sentir lourd, mais nous y attardons pas, on passe au doigt suivant, on remonte sans interruption vers la main, le poignet, le bras, l’avant bras, la nuque, le dessus de la tête, le cuir chevelu, les joues, le menton, la lèvre inférieure, puis supérieur, la langue, le front est bien lisse, un courant frais passe sur le front décontracté, aucun souci aucune pensée n’altère celui-ci.
On respire déjà profondément par les narines qui s’ouvrent bien pour laisser entrer l’air… ; ainsi on fait la totalité du corps jusqu’au orteils, sans coupures, et sans passer d’une partie à l’autre du corps, on fait un circuit, descend vers le bras gauche mais remonte en relâchant toujours ce qui n’est pas lourd et décontracté, pour rejoindre une autre partie du corps. O n passe aussi en revue l‘estomac, on supprime toutes les tentions, on apprends à respirer correctement, convenablement, lentement profondément, complètement.
Une fois relâcher l’entraîneur présent fait alors visualiser la barre à sauter, ou fait ressentir la faiblesse de l’individu pour la supprimer, pour que l’individu la supprime par lui même. Le sportif doit parvenir à se voir sauter au dessus de ce qu’il croit être sa limite, à un tel point que cette limite ne devient plus un obstacle.
Dans cet état le coatch peut expliquer ce qui se passe au sportif, il fait visualiser les faiblesses de son poulain comme on dit. Il fait également remarquer les situations dérangeantes qui ne le sont en réalité pas.
Tel jour, tel endroit, à tel moment, en tel endroit, le jour de la compétition je suis super relax rien ne peut me touché, tut est passé en revue, et même l’imprévu ne me touchera pas, tel est la réalité, elle est sera.
Chaque jour la relaxation par habitude et entraînement devient de plus en plus rapide, efficace, et produit sur le comportement des changement extraordinaire en toutes circonstances, même dans la vie courante on parvient à souffler deux ou trois fois et le problème n’en devient plus, le réflexe devient instantané, juste, précis. La solution existe il n’y a aucune raison de s’alarmer, et si autrui nous stresse notre réaction sera positive, peu importe la situation, peu importe celui qui m’influence.
Ainsi, après quelques semaines de travail, un individu peut parvenir à se relaxer complètement en quelques secondes en n’importe quelles circonstances, il peut parvenir à rattraper une montée d’adrénaline, une situation malchanceuse, anormale, distrayante.
Il se programme aussi dans le temps pour un moment donné, et ce moment là il sera aussi bien au top physique que mental, rien ne peut le perturber, ni même la défaite, car il n’y aura pas de défaite, il réussira, il l’a déjà réussi à l’avance, à un tel point que le jour ou il le fait ce sera tout à fait normal, pas avant pas après, à cet instant, lorsqu’il fera son premier pas d’élan il sait qu’il a gagné, il voit son corps agir à l’avance. (Réflexe conditionné, préparé).
Ceci est naturellement un cas spécifique pour un sport spécifique, pour les sports à durée de concentration il en est de même, on se visualise tel jour totalement décontracté, rien ne nous dérangera, on se sent bien, on plane si je puis dire.
Par entraînement on profitera de la moindre occasion de se relâcher, et par entraînement on est programmé à le faire quasi instantanément à un tel point que le sportif, ne semble même pas participer à une compétition, il fait comme à un entraînement, mais il sait que cet entraînement lui apportera joie, plénitude, bonheur, il gagnera, il le visualise, c’est une réalité.
Médaille d’or au bowling aux World Games en1985 à Londres, ainsi que de nombreuses réussite, c’est par ce travail de j’ai réussi. Mais cale en réalité ne s’arrêta pas là, car le bonheur fut tellement grand que ne n’ai pu m’empêcher d’essayer de le faire connaître aux autres par la suite.
La vie continue
La relaxation m’a ainsi permis de découvrir ce que je suis réellement par des expériences liée au mental, au corps spirituel, au corps véritable. Il me permet de faire ce que pourrais certains des miracles. Toujours pour donner de la joie aux autres, et leur permettre de trouver une voie quasi inexprimable par des mots, seul le découvrir par soit même peut nous le faire comprendre ou ressentir et cela demande malgré tout certains efforts dans la vie courante.
Dans cet état de relaxation par exemple, si je décide avant de m’endormir et de me réveiller quelques secondes avant mon radio-réveil, et bien ce sera le cas sans aucun problème.
Si je décide d’aider autrui, même parfois guérir quelqu’un cela ce produira parce que dans ce cas tout est possible, seul le mérite et la nécessité peut permettre à l’individu d’être aider pour cela.
En temps que coatch j’ai eu des résultats exceptionnel, avec certain joueurs qui eux mêmes ne croyaient pas en eux. L’autosuggestion est lié à cela, une possibilité surtout lorsque l’individu est totalement relaxé, mais cela ne fonctionne ou dure que si l’acte est effectué dans un but honorable et d’espoir de pouvoir élever autrui.
Dans ce cas seul le libre arbitrage doit être respecté, car à un moment donné il faut savoir laisser la personne se gérer elle même, sans quoi l’idée devient sectaire, dangereuse pour la liberté de l’individu.
Limité au sport, les fédérations sportives à l’appui sont toujours l’affût des dérapages de la part des d’entraîneurs peu scrupuleux.
Dans le monde spirituel, paranormal il faut naturellement faire très attention aux individus usant de ses pouvoirs dans un intérêt personnel, de pouvoirs ou mensongers..
Faire croire à un fidèle qu’il rejoindra Dieu si il tue, si il ne respecte pas la vie d’autrui est une des plus grande erreur que certains croyants puissent transmettre ou faire, ils ne se le pardonneront jamais quand il découvrirons à Qui ils sont lié.
C’est ainsi que dans un état spécifique à l’être on choisi de retourner pour comprendre ce que l’on a pas pu comprendre. On choisi un ciel, on l’attend, le reçoit, payons un karma spécifique et goûtant alors ce que l’on a fait goûter aux autres et que l’on aimerais pas goûter soi même
DMR
[42]


Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite