Fragments d'instants - Premier fragment : Acte I. Le plaisir, ce regard éprouvé Le bonheur et le pouls des sages et des éternelles demeures

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Fragments d'instants

Rédigé par Perceneige
Posté le mercredi 13.04.05 à 20h50
Message n° 24048

Premier fragment : Acte I.



Le plaisir, ce regard éprouvé



Le bonheur et le pouls des sages et des éternelles demeures

En ces sens et ces directions

Souviens-toi de Toi

En Ton sein résonnent toutes les âmes retrouvées

Un accord de conscience en coeur majeur

Une mélodie synesthésique de mémoires recouvrées

Dans la vérité des dires et des redires

Dans la vérité de Dieu, tu créeras la place imaginée pour Toi et par Toi



Harmonie de Dieu quand s'accorde la harpe

Dans les coeurs des justes une palpitation d'entreprises

Dans les coeurs des justes les pardons demeurent

Dans les coeurs des justes l' infusion de l'Un et du Tout

Je me souviens d'un jour juste et je pleure

Je me souviens d'une vérité poignante

Encerclant les regards

Je me souviens du savoir tu dans ses mémoires interdites

Le temps est un gouffre quand sonne minuit

Le temps est un gouffre mais le jour lumineux caresse et demeure

Souviens toi de ce pour quoi tu es revenue

Dans cette entreprise le bonheur fait place

Dans cette entreprise tu retrouves Ta place

Une et définitive. Une et éternelle dans l'harmonie espacée du grand Tout.









Deuxième fragment Acte II.



Faire la place...Faire place...



L'âme est un coeur à rebours qui compte éternellement les fines particules des instants retrouvés.

Mon sang est mon âme en ses mémoires et ses redites,

en ses saveurs retrouvées, en ses étoiles saintes.

Il bat en mes veines l'éclosion de tes mondes,

les pulsations des saisons et les incantations de tes voyages.

Voyageur de la nuit qui en soi est un autre aux confins de ses nuits.

La lumière est présente dans chaque fleur qui s'éveille. Perle de rosée immaculée d'un sang éternel.

La brèche du coeur berce l'écho du sang de ton âme.

Et le bateau tangue ...

En ces éveils pressentis, en ces places désertes, en ces espaces creux , en ces villes ouvertes.

Tu es là qui résonne en ces frissons retrouvés.

L'homme est un astre et un bateau qui chavire, un tourbillon d'instants où la mémoire explose.

Aux portes des uns était l'avenir des autres

Aux échos de minuit le soleil a fait place

Mon sang est mon âme en tous ces instants

Mon sang est mon âme illuminant ces lieux au-delà des partirs

Une porte s'ouvre

et que le temps s'arrête au bord du souvenir.







Troisième fragment . Acte III.



Aimer



La mémoire est une pierre de souvenirs ensevelis

La mémoire est un kaléidoscope d'instants dérobés à la verticalité du temps qui en nous se dépose en gage de retours.

La mémoire est un compte à rebours que nous recouvrons au fil de nos amours

Aimer pour toute richesse en ce voyage invertébré qui serpente entre nos instants.

Aimer et se savoir plus loin que le monde en ces temps appauvris en ces mémoires recouvertes en ces finitudes qui s'ouvrent sur des aubes éthyliques

Aimer et délaisser la raison, aimer et prendre en terre sainte l'angoisse des pauvres et des malentendants.

Dans un avenir tout proche scellons les serments de la grande bibliothèque

Tenons pour présent le bonheur fragile et éternel de ceux qui doutent et sans cesse refont le chemin

Le chemin est une île que l'on aperçoit au loin.

L'homme est cette barque qui tangue vers son ultime but, entre ports et rivages entre abandons, joies et partages de ces mémoires retrouvées.

L'homme est un voyageur en partance

Juste un infime instant de la grande roue

Juste une image gravée entre deux mondes

Juste une poussière d'étoile en mal de mémoire

Juste un fragment d'oubli

Juste un silence fissuré qui avance.

Juste un besoin d'Amour assouvi.




Epilogue : dernier fragment la sommes de tous nos actes.





La fraternité est l'ouverture des possibles...

L'être est la somme de tous nos devenir : de l'autre au même du même à l'identique :

Le pas sacré de l'Harmonie.

L'Harmonie vigilante du grand Tout à chaque changement de plan.

Au commencement de nos fraternités retrouvées était l'ouverture cinglante de nos possibles. Doutes et partages.

La poésie s'engouffre, elle dépasse le sens , elle dépasse les sens et atteint l'irréfutable plaisir d'un avenir couru d'avance.



Très fraternellement à vous tous . Perceneige.









Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite