Le centre du monde - Bonjour et bon Dimanche à tous ;-) Voici une jolie histoire : Aux temps du Bouddha, une femme nommée Kisagotami a la douleur de perdre son unique enfant.

 

Infos pratiques


tl4
Retour au forum

Ce message est archivé, vous ne pouvez donc pas y répondre

Le centre du monde

Rédigé par Angelight
Posté le dimanche 13.02.05 à 14h42
Message n° 22882

Bonjour et bon Dimanche à tous ;-)

Voici une jolie histoire :
Aux temps du Bouddha, une femme nommée Kisagotami a la douleur de perdre son unique enfant. Incapable de l'accepter, elle se met en quête de tous ceux qui pourraient lui fournir le remède qui redonnera vie à son enfant. Le Bouddha, dit-on, possède semblable remède.
Kisogotami va voir le Bouddha, lui rend hommage et lui demande :
- Peux-tu préparer un remède qui rendra la vie à mon enfant ?
- J'en connais l'existence, lui répond le Bouddha. Mais pour le préparer, j'ai besoin de certains ingrédients.
Soulagé, la femme dit :
- Quels ingrédients te faut-il ?
- Apporte moi une graine de moutarde, fait le Bouddha.
La femme promet de lui en procurer, mais alors qu'elle prend congé, il ajoute :
- J'exige que cette graine de moutarde provienne d'une maison où aucun enfant, aucune épouse, aucun parent, aucun serviteur n'est jamais mort.
La femme acquiesce et va de maison en maison, à la recherche de la graine de moutarde. Dans chaque maison, les gens acceptent de lui remettre cette graine, mais, quand elle leur demande si quelqu'un est mort dans cette maisonnée, elle ne peut trouver aucun foyer que la mort n'est visité - ici, une fille, là, un serviteur, là encore, un mari ou un parent est décédé. Ainsi donc, Kisogotami est incapable de trouver un foyer affranchi de la douleur de la mort. Voyant qu'elle n'est pas la seule dans son chagrin, cette mère accepte que le corps de son enfant reste sans vie et s'en revient devant le Bouddha, qui lui déclare avec une infinie compassion :
- Tu croyais être la seule à avoir perdu un fils. La loi de la mort veut que, parmi toutes les créatures vivantes, il n'y ait nulle permanence.

*******************************************

D'ailleurs, Jacques Lusseyran (aveugle depuis l'âge de huit ans, fondateur d'un réseau de résistants pendant la Seconde Guerre mondiale, capturé par les Allemands et détenu à Buchenwald) a émis ceci en exprimant son expérience dans les camps de concentration :
- « ....Le malheur, c'est alors que je l'ai compris, s'empare de chacun de nous parce que nous nous prenons pour le centre du monde, car nous avons la misérable conviction d'être seuls à souffrir l'insoutenable. Le malheur provient toujours de ce que l'on se sent prisonnier à l'intérieur de sa propre peau, de sa propre cervelle. »

*******************************************

A bientôt.
Amicalement.
Angelight





Plan du site · Recommander ce site
Tous droits de reproduction réservés (c) 2011
Tous les textes · Toutes les questions · Tous les avis · Toutes les lectures · 
spiritisme esprits spiritualite